top-left-picto20

SOIRÉE COURTS MÉTRAGES CORSES

AU MAX LINDER A PARIS LE 21/9

LES NUITS MED FÊTENT SES 10ANS  >>  LA SUITE

LE LOUP DE BAPTIST AGOSTINI-CROCE +  ZOOM SUR PASCAL TAGNATI  >> LE 21 SEPTEMBRE A 19H15

AU CINEMA PANORAMA MAX LINDER 9 Boulevard de la Poissonnière à Paris 9ème

Suite à son coup de cœur en tant que membre du jury de la 1ère compétition du film Corse  moins de 40 minutes au cinéma Le Grand Action en avril dernier à Paris 5ème pour les 10ANS des Nuits MED, Claudine Cornillat, directrice du Max Linder Panorama, programme une soirée de courts-métrages corses, le jeudi 21 septembre à 19h15, aux côtés d’Alix Ferraris, directeur du festival.

 

A 19h15 >>LE COURT-MÉTRAGE LE LOUP

réalisé par le jeune autodidacte Baptist Agostini-Croce sera projeté en sa présence pour ouvrir cette belle soirée .

Court-Métrage : « LE LOUP » réalisé par Baptist AGOSTINI CROCE et produit par Versus Films/Corsesca – 26′

Trois amis étudiants inexpérimentés rencontrent l’écueil de la séduction au-cours d’une année scolaire quasi achevée.

Cocktail à 20h et à 21h45 au Max Linder

>> C’est l’occasion de se retrouver pour parler « sinemà corsu » tout en dégustant les

eaux de Zilia, les jus de fruit OZIA, la Brasserie Pietra, les vins de Mlle D VIGNERONNE et les biscuits de Zilia !

     .    

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

A 20h30 >> ZOOM SUR LE CINÉASTE PASCAL TAGNATI.

avec ses deux courts-métrages.

Court-métrage « LE FAN DE BASE » réalisé par Pascal TAGNATI et produit par Stanley White – 27′

La chronique de Pascal, employé communal d’un village proche d’Ajaccio. Fan de foot, il décide d’aller passer ses vacances à Manchester…​

Court-métrage « LA PUNTA » réalisé et autoproduit par Pascal TAGNATI – 19’16

La Punta est le sommet qui domine Ajaccio. Je m’assois sur un rocher et je regarde la ville. Parfois pendant des heures. Ici, le chant des oiseaux, au loin, la rumeur de la cité. Et toi.

ZOOM SUR LE CINEASTE PASCAL TAGNATI

>>  Interview >>  Interview >>  Interview >>  Interview >>  Interview >>  Interview

 

 

>> Pascal Tagnati, bonjour ! Vous êtes réalisateur, metteur en scène de théâtre et acteur. Vous êtes originaire de Corse. 

Comment est venue cette volonté de faire des films? Depuis quand ?

 

Bonjour !

Je réalise des fictions et des vidéos depuis 2012. Pour ma part, faire des films est avant tout une volonté d’introspection, dans ce qui me constitue. Dans mes réalisations, je pars de ce que je suis et de ce qui m’est proche, de ma réalité. Elle est ma matière première. Je la traite et la déplace. Je la mets parfois à l’épreuve, pour voir si quelque chose de pertinent peut s’en dégager. Au final, les films m’ont permis de déplacer mon regard sur ma réalité. L’outil du cinéma me permet d’aborder cette introspection notamment par les territoires. 

 

Par ailleurs, c’est la notion d’archive qui m’intéresse et ce qu’elle peut produire. Une fois tourné, le film devient le témoignage d’une expérience, d’une trajectoire. Vient ensuite le choix de montrer quelques minutes de ce parcours, des tranches de vie. Ceci en laissant au spectateur la possibilité d’imaginer ce qui n’a pas été montré ou dit. De travailler dans l’ellipse, ou bien dans l’intime des personnages et des situations. Je cherche à ce que le spectateur soit actif. C’est ce qu’il y a de plus important à mes yeux dans le principe de diffusion : que le spectateur puisse rester connecté à lui-même face à l’objet. 

 

 

>> Vous proposez deux courts-métrages dont Le Fan de base qui a obtenu le Prix Max Linder et celui de Cinefeel prod aux Nuits Med à Paris au cinéma Le Grand Action cette année. Quel regard pouvez-vous nous apporter sur ces deux projets ?

Ce sont des films très différents. « Le Fan de base » engage un changement par le déplacement physique, « La Punta » engage un changement par le déplacement mental. Je les aime comme on peut aimer un ami.

 

>> Si vous pouviez résumer l’histoire de vos courts-métrages en un proverbe, quels seraient-il ?

 

Le Fan de base :  » L’être de solitude est lui-même une chose soumise aux lois profondes de la vie « 

 

La Punta :  » On ne peut empêcher le chien d’aboyer, ni le menteur de mentir « 

 

>> Quels sont vos projets à venir ?

 

Je n’ai pas de projet de réalisation de film. Au théâtre, « Les Chants de Maldoror » du Comte de Lautréamont, que je mettrai en scène et jouerai également. En tant qu’acteur pour d’autres, je viens de terminer le tournage du film « La vie ou la pluie » de Lavinie Boffy. Prochainement, je jouerai dans « La Nuit est là », un film de Delphine Leoni.

Les courts-métrages en programmation le 21 sept à 19h15 au cinéma  Max Linder Panorama

Cette soirée est proposée par le cinéma Panorama Max Linder et le festival Les Nuits MED di u filmu cortu régie par la Diffusion KVA soutenu par la CTC, Corsica Pôle Tournages, le CNC et en partenariat avec France Télévisions, France 3 Corse ViaStella, Court-circuit avec ARTE France Actions culturelles, RCFM, Corse Matin, le Grand Action, le CIP, U MULINU et Urga…

Logo-DIFFUSION-KVA-2017   .ctc_hori_quadri[2] corsica-pole-tournage CNC_logo     

             

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com